LA MÉTAMORPHOSE DES PLANTES

et autres écrits botaniques

Auteur : Goethe

Éditeur : Triades

336 pages - Broché

Prix : 30,00 €

Le grand ouvrage de la botanique de Goethe, génie de l'observation du vivant. Son regard pénètre au coeur même des phénomènes de croissance et parvient à saisir la vie dans ses métamorphoses et son devenir. Ce livre ouvre l'accès à une nouvelle compréhension de toute la nature.

Introduction et notes de Rudolf Steiner. Traduit par Henriette Bideau.

" Par le seul fait que nous disions du bourgeonnement qu'il est une reproduction successive, de la floraison et de la fructification qu'elles sont une reproduction simultanée, le mode de leurs manifestations est déjà caractérisé. Une plante qui bourgeonne s'étend plus ou moins, elle développe une tige ou un pied, les entre-noeuds sont généralement apparents, et ses feuilles caulinaires s'étendent de tous côtés. Au contraire, une plante qui fleurit s'est concentrée dans toutes ses parties, la longueur et la largeur sont en quel.que sorte supprimées, et tous ses organes se sont développés les uns au plus près des autres dans un état d'extrême concentration. Que la plante bourgeonne, fleurisse ou porte fruit, ce sont cependant toujours les mêmes organes qui, avec des destinations multiples et sous des formes souvent modifiées, obéissent à la prescription de la nature. Le même organe qui s'est étendu en tant que feuille sur la tige et a revêtu des formes très variées, se contracte maintenant pour donner un calice, s'étend à nouveau pour former un pétale, se contracte encore dans les organes sexuels, pour s'étendre une dernière fois dans le fruit. "

Extrait de "La métamorphose des plantes

 

" Goethe se sentait habilité à considérer les idées qui se formaient en lui lorsqu'il regardait les choses de la nature comme un résultat de l'observation, au même titre que la couleur rouge d'une rose. Pour lui, la science était un résultat de l'observation empli d'esprit, et néanmoins objectif. Il se sentait vivre, avec son esprit, au sein même de la nature. Il n'a jamais douté du fait que c'est la nature elle-même qui exprime son essence en tant que contenu de l'esprit humain, pour peu que l'homme se place avec elle dans une juste relation. Pour Goethe, quand l'homme parvient à savoir, c'est alors l'être de la nature qui vit en lui. Dans le savoir humain, c'est donc l'être même de la nature qui se révèle. Le processus de la connaissance n'est pas, à ses yeux, la simple reproduction formelle d'une réalité qui se cacherait dans la nature. Non, connaître, c'est amener réellement à se manifester quelque chose qui, sans l'esprit humain, n'existerait pas. Et pourtant Goethe n'en conçoit pas moins l'esprit comme le véritable contenu de la nature, parce que la connaissance est pour lui une immersion de l'âme humaine dans la nature. Goethe voulait une science qui implique l'homme tout entier, comme l'art le fait aussi d'une autre manière. "

Rudolf STEINER

 

Liste des livres par ordre alphabètique

Liste de l'oeuvre de Rudolf Steiner classée par GA (Gesammtausgabe)